Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Nos premiers moments de "philosophie"

Nos premiers moments de réflexion collective ont bien démarré cette année avec les CP/CE1. Je suis déjà bien étonné par leur écoute, leurs débuts d'argumentation, mais aussi la capacité de certains à remettre en question leurs propos de départ.

A vous d'en juger :

1) Est-ce que les animaux carnivores sont méchants ?

2) Pourquoi les adultes veulent-ils souvent avoir des enfants ?

3) Est-ce que les enfants pourraient se débrouiller sans les adultes ?

Transmettre, apprendre

"La personnalisation sous les traits du maître doit son retentissement à la dimension existentielle de tout savoir - la dimension que méconnaît la réduction instrumentale du savoir à des "compétences" : apprendre, c'est toujours se transformer, changer, s'ouvrir, être touché, remis en question, déplacé dans sa façon d'être et ses manières d'agir. C'est pourquoi il existe une peur d'apprendre dont nous commençons tout juste à prendre la mesure (voir sur ce point les travaux pionniers de Serge Boimare)" (c'est moi qui ai mis en gras)

Ce passage écrit est tiré d'un livre passionnant publié cette année, écrit par Marie-Claude Blais, Marcel Gauchet et Dominique Ottavi (chez Stock) : "Transmettre, apprendre".

Je voulais vous faire partager ce texte, car il est au diapason de ce pour quoi je travaille, je milite, je me bats même. Soit construire et mener mon action de maître vers cette dimension existentielle de l'apprentissage en lui accordant concrètement du temps en classe : temps du "Je fais partager"(http://pedagost.over-blog.com/article-27915492.html), temps de la Réflexion collective (http://pedagost.over-blog.com/article-27175727.html), temps d'écritures libres(http://pedagost.over-blog.com/article-28632305.html), temps du questionnement (http://pedagost.over-blog.com/2014/05/nos-questions.html), et plus largement tous ces moments de coopération, de partage, dans lesquels la technique est mise d'abord au service de la conquête des secrets de la vie, comme dirait Jacques Lévine (lisez donc son livre, "L'enfant philosophe, avenir de l'humanité ?".: http://www.gibertjoseph.com/l-enfant-philosophe-avenir-de-l-humanit-5442051.html)

Cette façon de penser est aussi en résonance avec notre projet des "empêchements à apprendre" vus par les clowns, projet d'ailleurs soutenu par Serge Boimare. J'estime qu'il est néfaste de séparer les résultats de l'apprentissage souvent évalués en compétences de tout ce qui les accompagne et peut délégitimer la valeur de ces compétences :

Apprendre sans en saisir le sens ?

Apprendre et rejeter ?

Apprendre et s'assécher ?

A quel prix ?

Comment pourrions-nous rendre une institution Education Nationale sensible à tout cela ? Elle qui ne voit plus qu'évaluation, contrôle, marche au pas, deux par deux dans les escaliers, progression, programmation. Où la vie est largement étouffée.

Je ne suis guère optimiste... Le sursaut possible n'est pas à l'horizon. Continuons cependant à oeuvrer avec ceux qui partagent ces espoirs d'une autre école, d'un autre apprendre. Sans illusion, mais en faisant tout pour qu'il nous en reste du plaisir : http://laclasseplaisir.eklablog.com/

Car ce métier, nous l'avons bel et bien choisi.

Ecrire dès le début du CP/CE1

Depuis plusieurs années que je choisis de prendre une classe de CP/CE1 (vous pouvez lire à ce sujet l'article suivant : Eloge du double-niveau), il y a plusieurs temps que je mets en place dès la première semaine : le "Je fais partager", le "Je fais un projet" et l'écriture de textes libres (même pour les CP, qui pourtant ne savent pas encore lire ou écrire des histoires : l'écriture de textes libres)

 

Cette année, je me suis lancé le défi que chaque enfant de la classe écrive une histoire au cours des deux premiers journées de classe.

 

En commençant toujours par un dessin, puis avec la technique de "dictée à l'adulte" pour les CP, ou en semi-autonomie pour les CE1, et le plaisir a été total : tous les enfants ont eu une idée d'histoire avec, pour les aider à se lancer, leur dessin personnel, et la plupart ont inventé des histoires de fiction, pendant que d'autres racontaient des petites scènes de leur vie quotidienne, le tout dans une ambiance apaisée de travail. A l'issue de ces deux temps d'écriture (mardi et mercredi), j'ai pu présenter chaque texte à l'ensemble de la classe.

 

Voilà une vidéo et quelques photos pour illustrer ce beau moment.

 

 

Plaisir VECU 207 : Ecrire dès le début d'un CP/CE1Plaisir VECU 207 : Ecrire dès le début d'un CP/CE1

 

 

 

 

 

 

 

Plaisir VECU 207 : Ecrire dès le début d'un CP/CE1Plaisir VECU 207 : Ecrire dès le début d'un CP/CE1

 

 

 

 

 

 

 

Plaisir VECU 207 : Ecrire dès le début d'un CP/CE1Plaisir VECU 207 : Ecrire dès le début d'un CP/CE1

 

 

 

 

 

 

 

Travaillez les "empêchements à apprendre" en classe

En attendant la création cet automne d'un site dédié à ce thème, avec scènes clownesques et pistes pédagogiques, voilà un lien pour pouvoir visionner les scènes avec vos élèves : situation d'empêchement, questions, "solutions".
https://vimeo.com/user16519155/videos

Et puis quelques conseils :

- Nous vous conseillons d’inscrire l’étude de ces empêchements dans l'emploi du temps de votre classe, de façon à ritualiser ce moment et à lui donner toute son importance.

- Nous vous conseillons de ne pas réserver ces empêchements à apprendre aux élèves dits en difficulté, car la difficulté peut cohabiter avec une apparente réussite scolaire. De plus, le risque de stigmatisation des « mauvais » élèves pourrait alors advenir.

- Nous préconisons une approche de chaque empêchement en plusieurs temps :

            1 – La découverte par les élèves de la situation vécue par les clowns et de leurs émotions, ce qui va permettre une appropriation ludique du problème, puis son déplacement vers le vécu scolaire des élèves, soit par un échange oral, soit par du passage à l’écrit individuel. L’essentiel étant que la parole de chacun soit volontaire et non évaluée.

            2 – La découverte de chaque solution clownesque, ce qui permettra un échange sur l’intérêt de leurs solutions, mais aussi l’émergence de propositions et idées venant du groupe-classe lui-même. Avec la possibilité de les transmettre sur ce site.

            3 – Le visionnage des questions des clowns, ce qui pourra ouvrir sur des moments de réflexion collective autour des questions intéressant en priorité les élèves.


Bonne rentrée