Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Organisation de ma classe

Je vous présente ici l’organisation de ma classe autour de différents temps qui articulent moments individuels et moments collectifs.

 

 

Petit à petit, année après année, j’ai bâti l’organisation de ma classe autour de différents temps.

En m’appuyant sur les pratiques de l’école Freinet de Mons-en-Bareul, sur les travaux de Philippe Meirieu et de Jacques Lévine, et naturellement sur tous ces stages Freinet où l’échange est roi, j’ai choisi de privilégier la notion de « moments d’accès ».

Je ne crois pas en un mode d’apprentissage unique, même celui qui partirait des besoins de l’enfant, mais plutôt en une diversité d’approches et d’accès dans laquelle chaque enfant pourrait trouver sa voie/x et s’inscrire.

Des moments répartis dans un emploi du temps bien précis et explicite.

 

Pour échanger et partager 

 

Tous ces moments contribuent à créer une culture commune à la classe et une atmosphère de confiance et de respect.

Parmi eux, j’y ai mis au centre un moment que j’ai appelé : « Je fais partager », mais aussi une discussion sur l’actualité, un atelier de réflexion philosophique.

 

« Je fais partager » 

L’enfant volontaire vient présenter un objet, une lecture ou parler d’un moment vécu, vient tester une lecture qu’il souhaite présenter à d’autres classes et pour laquelle la classe va voter, ou vient lire un texte qu’il a écrit en vue d’une parution dans le journal de classe. Ce moment « Je fais partager » est venu remplacer et inclure le traditionnel « Quoi de neuf ? » que je trouvais trop restrictif. Il est en étroite relation avec cet autre moment, qu’est le moment de Travail personnel (cf supra).

 

L’actualité 

A partir d’un texte d’actualité, tiré par exemple des « Clés de l’actualité junior » lu d’abord à la maison, on débat ensemble. Ce moment me semble très intéressant car il permet non seulement un échange entre élèves mais aussi à la maison.

 

Atelier de réflexion philosophique, psychologique ou d’interrogation collective 

Il s’agit là, à partir d’une question, de laisser venir un espace de débat entre les enfants, débat où je participe au minimum, sinon en garantissant un cadre de respect et d’écoute.

 

Ces moments d’échange et de partage quotidien durent environ 45 minutes. Par exemple, un « Je fais partager » quotidien de 20 minutes, complété par un moment d’Actualité ou d’ Echange Philosophique sur la semaine.

 

Pour personnaliser le travail

 

Tous ces moments permettent à l’enfant de mener des activités, en petites équipes ou seul, issues de ses centres d’intérêt, de ses envies ou d’une dynamique de classe.

Chaque matin, on remplit sa fiche de travail personnel.

 

Parmi les projets, on peut y inclure la création mathématique, la préparation d’un exposé, la préparation d’une lecture à faire à d’autres classes, l’écriture de textes, le travail sur des fiches de lecture, de français ou de mathématiques, un tutorat, etc.

Ce temps de travail personnel quotidien dure de 30-40 minutes. C’est un temps volontairement libre en choix, fort en apprentissages, mais dont les apprentissages dits scolaires ne dépendent pas trop.

Je n’y inclus pas des activités théâtrales ou de bricolage par exemple, pour des raisons d’espace non disponible, hors classe.

 

Pour questionner

 

Tous ces moments permettent à l’enfant de prendre les savoirs à leur source, en les questionnant. Chaque savoir est issu d’une longue recherche, faite de percées, de difficultés, de retour en arrière. Par le questionnement, l’enfant se met dans une posture de chercheur.

Parmi ces moments-là, on peut inclure l’étude et le toilettage d’un texte libre, la recherche mathématique, les situations-problèmes en histoire/géographie, ou l’ « enquête observatrice » (Qu’est-ce que vous remarquez ? ») à partir de mots, de phrases, de nombres, d’opérations, d’images, de cartes.

Chaque questionnement débouche sur des remarques d’où sort peu à peu un nouveau savoir, qu’on va formaliser sous forme de trace écrite.

Un à deux temps de questionnement quotidien collectif de 20 minutes est organisé (un en maths, un en français, mais pas systématiquement)

 

Pour découvrir

 

Tous ces moments, plus magistraux, permettent à l’enfant d’acquérir une technique ou une connaissance nouvelle qui ne passe pas par le questionnement mais plutôt par la transmission.

Parmi ces moments-là, on peut considérer la lecture d‘une histoire par l’enseignant ou d’une vidéo éducative (« C’est pas sorcier », par exemple) ou tout simplement un moment de leçon (comme l’apprentissage d’une technique opératoire ou d’une règle de langue française qui ne pourrait venir uniquement du travail d’écri-lecture).

Un temps de découverte quotidien de 30 minutes est mené sous forme de leçon du maître, de vidéo, de lecture de texte, etc.

 

Pour s’entraîner

 

Tous ces moments permettent à l’enfant de s’approprier et se sentir plus à son aise dans un nouveau savoir.

Parmi ces moments-là, on peut comprendre tous les activités d’approfondissement : fiches d’activités disciplinaires, écriture et amélioration de textes, compréhension en lecture, etc.

Un temps d’entraînement, écrit ou oral, de 30 à 40 minutes est organisé.

 

Pour organiser et réguler

 

Tous ces moments permettent aux élèves de devenir co-acteurs de la classe grâce à un fonctionnement coopératif et d’apprentissage citoyen.

Au cœur de ces moments-là, il y a bien sûr le Conseil avec la gestion de la classe, le règlement des relations entre pairs, la distribution de responsabilités.

Un Conseil  hebdomadaire ou deux (l’un centré sur le fonctionnement de la classe, l’autre sur les relations) est organisé.