Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Prime pour les évaluations de CE1

Nous sommes trois enseignants de Paris ayant perçu une prime pour les évaluations de CE1 et nous avons décidé de ne pas la garder et la reverser à des associations qui en feront bon usage pour agir pour une autre politique éducative.

Voilà notre texte.

N'hésitez pas à le diffuser. Peut-être que ça donnera à certains l'envie de faire de même...

 

Pourquoi nous refusons la prime de 400 euros perçue

pour avoir fait passer les évaluations de CE1

                                          

Nous refusons de garder cette prime car l’évaluation des élèves fait partie de notre métier. Les évaluations nationales de CE2 corrigées en équipe n’ont jamais fait l’objet de prime.

L’instauration de bonus salarial va diviser les équipes enseignantes et nuire à leur travail pédagogique.

La logique d’entreprise appliquée à l’école a déjà montré son inefficacité dans d’autres services publics.

 

Et cette prime n’a-t-elle pas pour autre objectif d’obtenir la caution des enseignants sur ce nouveau mode d’évaluation des élèves ?

 

Nous refusons les évaluations telles qu’elles ont été conçues et telles qu’elles nous ont été imposées sans concertation, cette logique d’examen conduisant :

- au tri des élèves avec les injonctions de rattrapage hors temps scolaire pour ceux qui n’ont pas réussi

- au classement des écoles qui en découlera à l’avenir avec les résultats rendus publics sur Internet

- à l’évaluation des enseignants sur la base de chiffres abstraits ne tenant pas compte du terrain, de l’environnement social, du parcours de l’enfant.

1) Elles n’évaluent qu’un pan bien réduit de ce que doit apprendre un enfant. Rien sur le rapport au monde et sa découverte. Rien sur l’oral. Rien sur les capacités imaginatives et créatives. Rien sur le rapport de sens au travail, aux savoirs, donc sur l’envie, le plaisir. 

2) Elles ne donnent qu’une image figée de ce qui normalement devrait être un mouvement, une progression. Qu’en est-il des enfants, qui à partir de difficultés vécues auparavant, se mobilisent, donnent tout pour réussir et qui progressent, si au bout du compte leurs résultats sont quand même classés 0 ?  

3) Elles font fi de la complexité de ce qu’on sait en choisissant pour des raisons purement statistiques et numériques (et de classement) une notation binaire injuste et automatiquement stigmatisante.  

4) Conséquemment, à quoi vont servir ces évaluations si elles ne sont pas adaptées à la plupart des élèves de nos classes, sinon de les mettre en échec et donc dans le découragement.

Deux d’entre nous avons choisi de faire passer les évaluations de CE1 en juin dernier en transformant celles-ci en outil pédagogique utile à l’enfant, aux parents et aux enseignants.

Nous n’avons pas fait la correction binaire 0/1 mais noté ce que l’enfant avait effectivement réussi ou non. Nous avons fait ensuite un bilan avec chaque enfant sur ces acquis et les notions non acquises.

Ces notions ont été ensuite retravaillées en fin d’année scolaire par les enfants.

Nous avons organisé une rencontre réunissant tous les parents de nos classes pour leur  montrer les cahiers d’évaluations de leurs enfants et leur expliquer notre position : ces évaluations font partie du processus d’apprentissage et doivent être un outil pédagogique pour aider les  élèves.

 

Nous reverserons cette prime : 

- à l’ICEM-pédagogie Freinet  qui travaille à d’autres formes d’évaluation plus respectueuse de la globalité des apprentissages et de la personne de l’élève

 - aux « désobéisseurs » qui se sont vus sanctionnés pour avoir refusé ces évaluations.

Nous partageons leurs valeurs  et leurs actions pour la construction d’une école équitable, humaine et respectueuse de tous les enfants.

Graziella 07/11/2009 16:52


Je suis animatrice et maman. Je suis d'accord avec vous et je le dis : " je vous soutiens"


Joël Potin 30/09/2009 23:08


même combat camarade.
des copains finissent par céder et ils restent des copains.
on a une sacrée machine de destruction en face de nous et c'est dificile de tenir.
je résiste et je ne sais comment ça va se terminer.
nous ne sommes pas nombreux, mais on ne lachera pas.
2 ans de lutte avant la retraite, pour regarder en face mes petites filles quand elles grandiront,  et si les parents de nos élèves ne sont pas  avec nous dans les luttes, je crois bien
qu'il va falloir faire des choix pour se protéger.
on a quand même un bon métier, non?

Joël


Joël Potin 30/09/2009 21:46


bravo les copains, il est vrai que ce fric est mieux là où vous l'envoyez.
mais pourquoi avez vous fait passer ces évaluations qui ne sont qu'un moyen pour nos décideurs d'arriver à leur fin?
amicalement
Joël
directeur toujour sen lutte contre BE et le reste.



Daniel Gostain 30/09/2009 21:56


On les a fait passer parce que, peut-être, on/je n'est/ne suis pas si courageux que ça.


Armand De Meyer 28/09/2009 10:44



Bonjour,


Comme je suis belge je n’ai qu’une vue partielle sur ce qui se passe en France, plus précisément dans l’Education. Comme partout nous
constatons chez nous (Région Flamande) une tendance à appliquer une logique d’entreprise à l’école, étrange puisque ce modèle s’est avéré  peu
efficace dans le secteur bancaire. En plus,  l’instauration de bonus salarial risque d’avoir des conséquences négatives, comme indiquent quelques
recherches en psychologie sociale. In “Predictably Irrational” Dan Ariely (Harper 2009) a inclus un chapitre tout à fait intéressant sur ce qui arrive quand les gens commencent à confondre une
“logique du marché”  et “une logique sociale”. Demander à un ami combien on lui doit pour l’accueil qu’il vous a fait risque d’être mal compris et de
mettre en danger votre amitié. Bien avant Lepper avait démontré qu’une récompense tangible risque de démotiver les enfants qui , auparavant, lisaient pour le plaisir. (Lepper et al., 1973,
Undermining children’s intrinsic interest with extrinsic  reward, JPSP )


Je  suis persuadé  qu’une action comme la vôtre est
très  importante. Espérons qu’elle est suivie et que la  hiérarchie en tire les conséquences.


Amicalement,
Armand  De Meyer 



Jean 28/09/2009 08:36


Bravo !
J'enseigne en IME et ne suis donc pas concerné par les pratiques de l'école industrielle fort heureusement. Tout mon soutien à ceux qui comme vous refusent l'école du tri sélectif !