Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le tutorat

S'il y a bien une chose que je constate chaque jour dans ma pratique, c'est la complexité des chemins pour apprendre, de ce qui se passe chez un enfant en classe, qu'on saisit parfois, qui nous échappe souvent, avec ce qu'il montre en tant qu'élève et cache en tant qu'enfant, avec aussi ce qu'il s'approprie ou ce qui lui passe à travers.

Alors je regarde et je ressens.

Je vois des enfants qui me regardent "comme il faut" (comme on leur a répété de le faire, souvent) et pour lesquels l'essentiel des savoirs prend la fuite. Il suffit parfois de leur poser une question pour s'en rendre compte.

J'en vois qui semblent ailleurs, mais qui sont peut-être plus présents qu'on ne le croit. Il suffit parfois de leur poser une question, là aussi.

Et il y a des moments particuliers, ceux où j'ai vraiment l'impression que les enfants sont bien là, avec soi, avec l'autre, avec l'apprentissage. Le tutorat me semble être un de ces moments-là.

Imaginez tous les élèves de la classe se mettant par deux, chacun avec son ardoise, l'un des deux ayant demandé au préalable au groupe une aide sur un domaine d'apprentissage, l'autre s'étant porté volontaire pour l'aider (sachant que ce pourrait être l'inverse sur un autre domaine, tous les élèves pouvant être aidés ou aider).

Imaginez un enseignant circulant, apportant sa touche professionnelle surtout pour vérifier qu'il y a bien acte de formation de la part du tuteur, avec quelques règles explicitées, dont la principale : ne pas faire à la place de celui qui a demandé de l'aide.

Des bulles de calculs, d'orthographe, de lecture, de résolution de problèmes, de techniques géométriques volent alors dans toute la classe et on pourrait presque entendre les mouches voler, elles aussi, tant les enfants semblent présents à leur tâche, à leur mission, pourrait-on dire.

Il y a en effet quelque chose qui se passe, qui est certainement d'abord dû à ce statut d'échange entre pairs, comme si le tuteur se sentait investi d'une responsabilité réelle, et l'aidé désireux d'atteindre le niveau de connaissance de son tuteur du moment.

C'est pour cette raison que je pense inscrire ce tutorat plus explicitement dans l'emploi du temps de la classe, une fois par semaine.

Prochainement, j'ajouterai une vidéo à cet article, témoignant de ce que j'écris là.

zag 01/04/2010 20:24



Comme une abeille, on vient butiner un fleur de Gostain, toute orientée vers les élèves et le plaisir d'enseigner.


Zag



Aline 20/03/2010 18:24


Un point de vue que je partage tout à fait et une activité essentielle que j'essaie également de mettre en place dans ma classe de CM1, quelque chose qui commence à se faire de plus en plus
naturellement.