Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #decouverte du monde catégorie

Un moment de questionnement en CP-CE1

J'ai eu l'occasion ces derniers mois de vous faire part de l'accent mis sur le questionnement dans ma classe :

http://pedagost.over-blog.com/2014/05/nos-questions.html

Aujourd'hui, pour vous donner davantage l'idée de comment ça se déroule, voilà une vidéo où l'on voit les élèves proposer leurs questions (ce qui donne par ailleurs l'occasion de mener un petit travail complémentaire d'encodage), suivi du vote pour la question de la semaine.

La vie (et l'école) d'avant

Sur la période de janvier-février, nous avons étudié la thématique de la vie d'avant, comparée à celle d'aujourd'hui.

 

Nous avons démarré par une mini-enquête auprès des parents : un questionnaire leur a été proposé pour qu'ils témoignent de leur vie d'enfant, et de nombreux adultes ont eu la gentillesse de l'écrire.

- Où ont-ils grandi ?

- Quels objets étaient les leurs ?

- Que mangeaient-ils ?

- Quels jeux et jouets ?

- Quels événements les ont marqués ?

 

En parallèle au partage et à la lecture en classe de ces questionnaires, nous avons mené des moments de réflexion autour de trois questions :

 

1) C'est comment une personne âgée ?

 

2) A quoi ça sert qu'une personne âgée nous raconte sa vie d'enfant ?

 

3) Quel âge aimerais-tu vivre maintenant ?

 

Et puis nous avons eu la chance de bénéficier de la venue de deux grands-parents d'élèves de la classe, le premier nous présentant sa vie d'enfant à Paris, la seconde nous racontant sa vie d'écolière plutôt à la campagne.

 

Voilà son témoignage en vidéo :

Les Personnages Historiques, comme vous n'avez peut-être jamais osé les aborder

Je travaille avec un collègue, Nicolas Janod, sur l'idée d'organiser des "semaines des savoirs" à l'école.

Organiser une "semaine des savoirs" à l'école

Voilà des idées, toujours assez fantaisistes mais sérieuses, sur comment accéder autrement aux "personnages historiques" :

LES PERSONNAGES HISTORIQUES SONT A LA FETE

  1. Préparer la fête
    1. Préparation théâtrale et chorégraphique
      • Chaque élève ou groupe d’élèves de la classe choisit un personnage et une action emblématique qu’il a accomplie, puis prépare une petite scène qui sera présentée lors de la fête.
    2. Préparation musicale
      • Créer un morceau avec instruments qui soit le plus retentissant possible. On doit pouvoir l’entendre à l’autre bout de l’école.
    3. Préparation culinaire
      • A partir d’une recette existante, la réécrire comme si c’était le personnage historique qui l’avait inventée. Donc avec son style, son tempérament et la période qu’il a vécue.
      • Créer des personnages historiques en chocolat.
    4. Préparation philosophique
      • Qu’est-ce qui fait qu’un homme peut, à un moment donné, changer le cours de l’histoire ?
      • Est-ce qu’il y a des hommes plus importants que d’autres ?
    5. Préparation baladée à lunettes
      • Chercher dans les magazines, dans l’environnement proche, dans les publicités, dans les produits, dans les noms de rues, les évocations de ces personnages et les prendre en photo. Puis créer un tableau, par personnage historique, avec toutes ses représentations.
    6. Préparation architecturale
      • Chercher dans les documentations ou dans l’environnement proche des représentations de ces personnages.
    7. Préparation narrative
      • A partir d’un événement historique précis, imaginer ce que chaque personnage, avec son caractère connu aurait fait (ex : épisode du vase de Soissons pris en charge par De Gaulle).
      • Décrire un personnage à la classe puis imaginer l’enfance de ce personnage.
    8. Préparation en lien avec la vie quotidienne
      • Chercher pour chaque élève le personnage historique imaginaire, qui se trouve en chacun de nous, susceptible d’apporter un vrai changement dans l’école. Puis préparer un discours, comme un délégué de l’école pour un conseil d’enfant exceptionnel.
    9. Préparation plastique
      • Créer une photo de classe avec les élèves costumés à la manière de tels ou tels personnages historiques.
    10. Préparation in situ
      • Préparer une journée de classe où chaque enfant a une réplique connue d’un personnage déterminé et doit la placer à bon escient dans la journée.
    11. Préparation sportive
      • Préparer des joueurs se déplaçant et se comportant à la manière d’un personnage défini (ex : napoléonienne, royale, gauloise, …) pour participer à un tournoi d’un sport collectif le jour de la fête.

  1. Faire la fête aux savoirs
    • Tout au long de la journée, un personnage historique, joué par un ou plusieurs élèves, fait une action remarquable correspondant au vrai personnage (ex : De Gaulle fait son appel du 18 juin à 11h24).
    • Afficher les tableaux des personnages historiques.
    • Tournoi des équipes de personnages.
    • Procéder à l’élection des délégués historiques de l’école après avoir entendu le discours de chacun. Tenir un conseil de délégués exceptionnel avec ces personnages « historiques ».
    • Exposition des photos de classe.

Le Mouvement et le Sport comme vous n'avez peut-être jamais osé les aborder

Je travaille avec un collègue, Nicolas Janod, sur l'idée d'organiser des "semaines des savoirs" à l'école.

Organiser une "semaine des savoirs" à l'école

Voilà des idées, toujours assez fantaisistes mais sérieuses, sur comment accéder autrement aux notions de Mouvement et de Sport :

  1. Préparer la fête
    1. Préparation théâtrale et chorégraphique
      • Inventer une scène théâtrale où seul le corps fait avancer l’histoire.
    2. Préparation musicale
      • A partir d’un instrument donné, le faire jouer avec les différentes parties du corps.
    3. Préparation culinaire
      • Faire une recette mettant en mouvement un maximum de parties du corps lors de sa réalisation.
    4. Préparation philosophique
      • Que se passerait-il si on ne bougeait plus son corps ?
      • Pourquoi les mouvements deviennent-ils de plus en plus difficiles quand on vieillit ?
      • Vaut-il mieux développer son corps ou son esprit ?
    5. Préparation baladée à lunettes
      • Chercher dans son environnement les différentes façons de se déplacer des gens puis préparer à l’école une scène de vie de rue avec ces différentes façons de se déplacer.
    6. Préparation architecturale
      • Inventer le plan d’une nouvelle école avec des espaces et des activités où le corps serait le plus mobilisé et développé.
    7. Préparation narrative
      • Lister les verbes de mouvement. Chacun se choisit un verbe et doit persuader le public que ce verbe est le plus important de tous les verbes de mouvement.
    8. Préparation en lien avec la vie quotidienne
      • Recenser des moments rituels de la vie quotidienne (ranger sa chambre, se brosser les dents, s’habiller, prendre sa douche, faire ses devoirs, …) en leur attribuant des objectifs sportifs (ex : le plus vite, sur un pied, en opposition avec un adversaire, en équipe).
    9. Préparation plastique
      • Réaliser une toile en utilisant son corps comme pinceau.
      • Représenter le corps avec non plus les parties anatomiques, mais les verbes de mouvement associés aux différentes parties.
      • Créer avec de la pate à modeler ou de la terre, des personnages en action.
    10. Préparation in situ
      • Organiser des récréations ou la cour est divisée en espaces voués à tel ou tel mouvement (courir, sauter, marcher, ramper, lancer).
      • Préparer une nouvelle organisation des déplacements dans l’école afin de la rendre la plus optimale possible.
    11. Préparation sportive
      • Inventer des jeux sportifs, un nouveau sport, où le corps est le plus entièrement mis en jeu.
      • Inventer un sport qui combine au moins 2 sports existants (ex. : tennis et football) avec ses règles, ses modalités.

2 - Faire la fête aux savoirs

  • Présenter les scènes de théâtre, les musiques.
  • Faire l’exposition des œuvres.
  • Organiser le tournoi des nouveaux sports
  • Sélection du projet architectural le plus séduisant et lettre au ministre.
  • Créer une olympiade des gestes quotidiens (ex. : le rangement de cartable le plus rapide, l’écriture des devoirs la plus soigneuse sur un pied, course en relais des plateaux de cantine, …)

Le Mouvement et le Sport sont à la fête

Régulièrement, nous ajouterons d'autres entrées sur de nouvelles catégories de savoirs : les figures géométriques, l'eau, le monde, la vie en France, le livre et la lecture, les opérations, les personnages historiques, etc.

Vos réactions sont les bienvenues !

Mes P'tits Docs

J'aimerais aujourd'hui vous parler d'une collection de livres documentaires très adaptée à des enfants de cycle 2 (CP/CE1) : "Mes P'tits docs" (Milan jeunesse)

 

Cette année, en avril-mai, j'ai acquis une collection assez complète de la série et chaque jour ou presque, nous en découvrons un en classe.

 

Voilà comment nous procédons en général :

1) Je lis l'ouvrage à la classe en prenant le temps d'expliciter les mots du thème, en répondant aux questions, bref, en favorisant la culture de chacun.

2) Je distribue une fiche d'activité individuelle qui a pour point de départ l'illustration de la 1ère et le texte de la 4ème de couverture. Je vous les fais partager.

 

A table

Au bain

Chez le docteur

La piscine

Le chantier

Les pirates

Les pompiers

Les animaux de la savane

Les Cro-Magnon

La ferme

L'Espace

L'hôpital

Les animaux de la banquise

Les maisons du monde

Le Moyen Age

 

Par ailleurs, je prête les livres de la collection pour une lecture-plaisir à la maison

La Découverte du monde (Histoire/Géographie) en six entrées

1.    Point de départ

 

On part des fondamentaux de la pédagogie Freinet pour les décliner dans le domaine de la découverte du monde.

On a testé ces principes dans une classe de CM1-CM2 et dans une classe de CP.

 

Les axes :

a)    Correspondance scolaire

b)    Journal

c)    Exposition

d)    Balades à lunettes

e)    Ateliers philo

f)     Expressions

 

DSCN6762.JPG

 

 

2.   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2.     Mise en œuvre de notre approche

 

 

a)    Correspondance scolaire

          Arrive dans la classe une ou plusieurs lettres avec un problème rencontré par des correspondants du passé (un seigneur, un paysan, un clerc) auquel il va falloir répondre sans être anachronique. On attend ici de la part des élèves des recherches pour amener à la réponse. Evidemment le personnage fictif répondra à la classe.

     Exemple : un seigneur contacte la classe car il a pris conscience que les conditions de vie de ses serfs vont amener la révolte. Comment faire ?

      Arrive dans la classe une ou plusieurs lettres avec un problème rencontré par un paysage (montagneux, maritime, campagnard, urbain) auquel il va falloir répondre avec un point de vue de géographe.

Exemple : le paysage montagneux souffre de ne jamais avoir personne le visitant en hiver. Comment faire ?

 

b)    Journal

   Créer un journal thématique qui sera diffusé dans l’école, aux familles et aux correspondants, composé de jeux, d’énigmes, de petites histoires, de BD, de petites annonces, créés par les enfants.

Exemple d’articles sur le Moyen-Âge : mots croisés avec du vocabulaire du Moyen-Âge, faits divers inventés mais cohérents et non anachroniques ayant pour cadre le Moyen-Âge, petites annonces de vente d’objets ou de biens immobiliers.

Exemple d’articles sur les paysages : mots croisés avec du vocabulaire paysager, faits divers ne pouvant se dérouler que dans un paysage bien précis, petites annonces des hommes ou du paysage directement.

 

c)     Exposition

      Réaliser une exposition dans l’école pour les autres classes et les parents à partir des questions des enfants qui auront pu émerger de :

 - Documents vus en classe (photographie, texte, une phrase, un son, une vidéo) introduits de manière à éveiller la curiosité.

 - Questions qui arrivent suite à la découverte de ces documents.

 - Travaux de groupes de recherche pour répondre à ces questions.

 

d)    Balade à lunettes

   Mener des balades avec des lunettes d’historien, de géographe ou de scientifique dans l’environnement proche.

Exemple de balade historique : chercher des traces anciennes, les prendre en photo et voir ensuite si elles pourraient être du Moyen-Âge.

Exemple de balade géographique : chercher les différents types de paysages, naturel ou humain, et leur rôle. Les trier.

 

e)    Ateliers philo

        Au fur et à mesure de l’avancée du travail sur la thématique, proposer à la classe des moments de réflexion distanciés.

Exemple de thèmes sur le Moyen-Âge : Doit-on accepter sa condition ? Est-ce qu’il y a des hommes supérieurs à d’autres ? Pourquoi les hommes se font-ils la guerre ? …

Exemple de thèmes sur les paysages : Est-ce que l’homme est bon pour la nature ? Qu’est-ce qui est plus important : l’homme ou la nature ?  Qu’est-ce qu’un bon environnement ? Pourquoi souvent on reste dans son milieu d’origine ?

 

f)      Expressions

       A l’issue du travail mené sur la thématique (Moyen-Âge, paysages), proposer un temps d’expression tous azimuts (texte libre, réalisation plastique, théâtrale, musicale, culinaire, sportive) permettant de remobiliser les savoirs et de leur donner vie.

 

Recherche menée par le groupe Étude du Milieu de l’IPEM – Pédagogie Freinet

Mai 2012

La Découverte du monde, autrement

Comment susciter le goût de connaître l'environnement et l'histoire de son pays, avec le simple appui de manuels ou de documents, aussi bien faits qu'ils soient ? Cette question me traverse depuis longtemps : je trouve l'enseignement de l'histoire/géographie souvent très artificiel, car dépourvu de vraie vie, d'un quelque chose qui résonnerait en chacun de nos élèves.

 

Alors, avec un groupe d'enseignants, avec qui je partage de nombreuses valeurs pédagogiques, nous avons recensé des approches un peu autres qu'on se propose d'explorer un peu chacun dans nos classes. Si vous voulez, lecteur, participer à cette exploration, n'hésitez pas !

 

Voilà ces approches :

 

1) Faire des « Je fais partager ? » à thème, à lunettes géographiques, historiques. Les enfants présenteraient ou raconteraient des choses avec ce regard-là. Ca peut être un point de départ de recherches.

 

2) Faire des créations géographiques su papier ou par oral. On crée un paysage, un lieu déjà vu ou imaginaire. Puis, on étudie ces créations pour mener des recherches.

 

3) Utiliser la correspondance avec des classes de milieux différents

 

4) La sortie-enquête.

 

5) Balades à lunettes spécifiques (mathématiques, historiques : ce qui s’est passé). Puis on trie ce qu’on a vu pour entraîner du désir de questionnement.

 

6) Que des gens viennent raconter leur vécu, leur quotidien.

 

7) Proposer des jeux de rôle où on incarne des personnages de l’histoire, voire de la géographie ("Je suis un fleuve »)

 

8) Préparation d’exposés sur des thèmes proposés par l’enseignant. La forme de ces exposés peut être choisie librement par chaque groupe d’élèves : exposés, théâtre, interviews, etc

 

9) Réfléchir « philosophiquement » sur des thèmes comme la guerre, le voyage, la royauté, la pollution. A la fin de cet échange où on creuse à l’intérieur des mots, on pose cette question : « Quelles questions on pourrait se poser à partir de notre échange ? »

 

10) Partir des voyages effectués ou à effectuer par les élèves.

Pourquoi fait-on de l'Histoire

La semaine dernière, j'ai démarré notre travail en Histoire par une discussion importante pour moi sur le pourquoi de cette discipline qu'est l'Histoire.

Je vais vous laisser l'écouter. Ce qui m'a frappé dans les réponses des élèves, c'est leur besoin d'étudier l'Histoire pour des raisons bien concrètes (s'en servir pour..., savoir comment..., etc.), ce qui est au fond assez logique.

Je vais essayer de ne pas oublier que l'abstraction se travaille à partir du concret.

Les exposés

Une petite précision d'abord : il y a en ce moment un problème d'écoute des enregistrements que j'ai mis sur le blog. J'essaie de résoudre le problème.

Cette semaine, j'ai proposé qu'on s'entraîne à préparer des exposés, ce qui est assez nouveau pour mes élèves de CE1.

D'abord, j'ai envie de dire ce que je ne voulais pas sur ces exposés :

1) Je ne voulais pas que les enfants se contentent de recopier sur affiches des textes tirés de documents puisés sur internet ou dans livres, documents souvent peu adaptés à de jeunes enfants.

2) Je voulais être sûr qu'ils soient capables de raconter sans lire ce qu'ils avaient retenu sur un sujet et qu'ils puissent répondre à des questions simples dont les réponses étaient dans leur document.

3) Je souhaitais que la présentation de ces exposés ne soit pas un moment fastidieux pour les autres élèves, notamment quand les "conférenciers" se contentent de lire leur affiche.

Voilà comment j'ai procédé :

- Des groupes de deux ont été constitués et une fois constitués, chaque duo a choisi un animal sur lequel il souhaitait travailler.

- J'ai distribué à chaque duo un document simple, tiré des numéros spéciaux du Petit Quotidien.











- J'ai demandé aux duos de lire ensemble leur document, de se répartir les parties du document à présenter, puis de le lire chez eux (comme leçon).

- Le lendemain, chaque membre du duo devait poser des questions à l'autre pour vérifier la préparation. Puis, on a essayé quelques présentations-test devant toute la classe pour lesquelles je suis pas mal intervenu, mettant l'accent sur les règles pour mener une présentation claire et  organisée : parler assez fort ; se répartir harmonieusement les prises de parole, etc.

- Les jours suivants, les présentations se sont faites, centrées sur l'oral, les documents ne pouvant être lus.

Si je considérais que l'exposé était réussi - j'ai estimé, à tort ou à raison, qu'une évaluation juste de la qualité de ces exposés était difficile à faire pour les enfants  -  chaque duo devait dessiner l'animal en grand et avec légendes et on  prenait rendez-vous avec une grande classe pour qu'ils présentent l'exposé.

Les enfants se sont bien investis dans leur préparation et leur présentation. Un moment donc à reconduire, sur propositions des enfants, cette fois-ci, en leur donnant alors plus d'autonomie.

Classe Nature

Quittons un peu les rives de l'expression écrite ou philosophique pour nous rendre sur un des lieux de dépaysement fort pour nos élèves, la Classe nature ou Classe de découverte.

J'aimerais vous faire partager une idée que j'avais eue il y a quelques années à l'occasion de deux séjours avec des classes de CM.

Comme vous le savez, une classe nature est souvent une alternance de temps de découverte active de l'environnement et de temps de classe censés rebondir sur ce qu'on découvre.

Pour que ces moments de classe ne soient pas trop "scolaires", je me suis centré sur l'idée de regard, notion très importante chez moi - je porte souvent un regard de clown sur la classe (et sur la société).
Pouvons-nous poser des regards diversifiés sur ce que nous vivons ?

J'ai recensé huit types de regard que les enfants pourraient poser sur leur environnement et ce qu'ils y font :
- Le regard du journaliste de l'écrit
- Le regard de l'écrivain
- Le regard du radio-reporter
- Le regard du mathématicien
- Le regard du scientifique
- Le regard de l'artiste plasticien
- Le regard de l'artiste de scène
- Le regard du musicien


Puis j'ai constitué 8 groupes de 3 enfants, en essayant l'équilibre entre eux.

L'idée était alors que pour un temps de classe (souvent une demi-journée), chaque trio s'empare d'un de ces regards, réalise un projet approprié au regard attribué, puis le présente au reste du groupe. Et puis, ça tourne sur les temps suivants de classe, le but étant que chaque trio ait expérimenté tous ces regards à la fin du séjour.

Pour rendre ça plus clair :
inventer des problèmes mathématiques autour de la classe nature.
écrire un ou plusieurs textes de fiction se déroulant dans cet univers
écrire une page de journal relatant ce que nous vivions ensemble
créer une scène de théâtre avec des protagonistes de la classe nature
etc...

En plus de la présentation, j'avais donné comme objectif qu'on aboutisse à une frise des réalisations de la classe, qu'on présenterait aux parents à notre retour, présentation accompagnée des scènes théâtrales, musicales et radiophoniques préparées.

J'avais trouvé que ce projet des regards apportait une belle dynamique au groupe et une belle panoplie d'apprentissages.

Pour conclure là-dessus, je crois que cette idée de porter des regards spécifiques sur ce que nous voyons et ce que nous vivons pourrait être développée en classe ordinaire. Ainsi, si nous essayons d'observer notre paysage et nos actes ordinaires avec les "lunettes" du mathématicien, par exemple, nous pourrions découvrir des choses nouvelles, déconnectées de l'habituel regard purement intellectuel auquel on nous conditionne à l'école, à partir desquelles des recherches pourraient être menées. A creuser...