Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #pedagogie freinet catégorie

Le mini-dictionnaire qui fait le maximum

Le "Je fais partager". Quatre enfants de CP se sont inscrits pour présenter quelque chose et il se trouve qu’ils ont tous un livre à présenter.

Trois livres sur le corps d’abord. Il faut dire que l'après-midi de ce jour-là, nous répondrons à la question choisie la semaine précédente par la classe : « Comment le corps fait-il pour tenir droit ? »

Et puis, arrive le passage d’E. Il a un mini-dictionnaire Larousse d’un autre temps dans les mains. Il a l’air d’en être fier.

Je vous présente le plus petit Larousse de tonton Marcel. Tonton Marcel est vieux, il est allongé chez le docteur en ce moment (en fait, il est « dans une maison pour les vieux », m’a-t-il précisé plus tard). Il a plein de vieux objets chez lui. Ma maman lui a demandé si elle pouvait prendre ce mini-dictionnaire. Alors, je me suis dit que je pouvais le présenter au « Je fais partager ». Ce dictionnaire est très ancien, il est tout petit et je vais vous lire deux mots qu’il y a dedans : « narquois » et « lorsque.»

Il nous lit : « Narquois », c'est moqueur, malicieux rusé. « Lorsque », c'est quand.

Le responsable du JFP demande s’il y a des questions ou réactions venant de la classe. Alors, lorsqu'arrive mon tour, je demande l’âge de ce dictionnaire.

Il faut déjà chercher quand il a été publié. On trouve 1946.

Nous commençons à mener toute une recherche mathématique sur comment trouver l’âge du dictionnaire. Pour que ce soit accessible aux CP de la classe, nous procédons par ajout de dizaines : 1956, 1966, 1976, 1986, 1996, puis changement de millier, moment de difficulté résolu par les CE1, 2006, 2016, zut, c’est trop, on recule d’un an. On trouve 69 ans. « Ouah ! C’est vieux ! »

Voilà comment un objet présenté par un enfant débouche sur la recherche de la définition de mots, d’écart entre deux nombres, et même un début de travail sur les objets d’autrefois.

Plein de possibilités de prolongements, ou alors de créations de pochettes à savoirs .

Les Pochettes à savoirs

Après un échange avec Catherine Pattinier, membre de l'Icem-Pédagogie Freinet, j'ai une idée à vous proposer, qui me parait intéressante à creuser ensemble.

 

1) Catherine a créé des "pochettes à histoires" avec sa classe de maternelle : Ces pochettes, qui partent pour chacune d'un livre, contiennent des textes, des créations, des activités récoltés ou proposés par les enfants de sa classe et ces pochettes, riches de tous ces savoirs, font l'aller-retour entre l'école et la maison. C'est génial, je trouve. Je vous laisse les découvrir. http://www.calameo.com/read/00002102547ffa585b45a

 

2) Alors, je me suis dit que l'idée de pochettes thématiques qu'on remplirait de plein de façons et qui feraient le chemin maison/école serait une belle réponse à nos questionnements sur comment rebondir en savoirs et en découvertes sur ce qui émerge en classe. Je pense ainsi aux pochettes à créer qui pourraient émerger du "Quoi de neuf ?" (qui dans ma classe s'appelle "Je fais partager") : pochettes à dents (à partir d'un enfant qui aurait raconté comment sa dent est tombée) ; pochettes à volcans ; pochettes à belles phrases (avec les plus belles phrases à inventer) ; pochettes à poésies ; pochettes à nombres ; pochettes généalogiques..................................

 

 

3) Je verrais bien par exemple une équipes de deux-trois élèves se charger de constituer une "pochette des dates", dans laquelle il y aurait les anniversaires, le calendrier, la présentation de dates de l'Histoire qui comptent, des textes libres qui raconteraient ce qui s'est passé à telle ou telle date (en vrai ou en fiction), etc.

 

 

Toutes ces pochettes représenteraient un savoir vivant et en développement et enrichissement  permanents.

 

Vos idées, réactions et prolongements sont bienvenus !

Le Temps des Penseurs

Bonjour à tous et bonne année à chacun !

J'aimerais vous proposer de tester avec moi, dès la rentrée, un moment ritualisé de classe que j'ai appelé "Le Temps des penseurs", projet que je vous mets ci-dessous en lecture :

http://www.calameo.com/read/000021025424f6bffecc1 (si vous souhaitez pouvoir le télécharger et/ou l'imprimer, adressez-moi un message)
 

Ce temps, une demi-heure par jour environ, se renouvelant toutes les deux semaines, se propose d'intégrer dans l'emploi des temps un dispositif qui permette aux enfants de penser la classe, les apprentissages et leurs empêchements, le monde, notre condition humaine (ce qui ne signifie pas que le reste des temps, il n'y a pas à penser...)
Il reprend bien sûr des dispositifs bien connus en pédagogie Freinet : le Conseil coopératif en premier, les ateliers-philo aussi. Mais l'idée est ici de définir un tout, le "Temps des penseurs", revendiqué comme un moment aussi important que les autres, où l'on cherche à donner du sens à la posture d'élève, d'enfant, d'être humain.

Et si on essayait à plusieurs ce dispositif, puis on en faisait le point en fin d'année !?

5ème Salon de la pédagogie Freinet

5e Salon de la pédagogie Freinet

Mercredi 5 novembre 2014

A partir de 13 heures

Maison des métallos

94, rue Jean-Pierre Timbaud
Paris 11e

Salon organisé par l’ICEM – pédagogie Freinet

et l’IPEM, son groupe départemental parisien

Avec le partenariat de la Maison des métallos

Programme

13 h : Accueil des participants

13 h 20 : Ouverture du Salon par la Maison des métallos et par l'IPEM

13 h 30 à 15 h : Table-Ronde sur le thème « Désirs de savoirs, désir d'enseigner » avec :
- Philippe Meirieu, auteur récemment de Le plaisir d'apprendre ;
- Serge Boimare, auteur de Ces enfants empêchés de penser et La peur d'enseigner ;
- Martine Boncourt, membre de l'ICEM, auteur de L'autorité à l'école, mode d'emploi.

Animation : Philippe Mourrat (directeur de la Maison des métallos)

15 h à 15 h 30 : Pause (visite des stands, échanges informels)


15 h 30 à 16 h 30 : Ateliers autour du thème « Désirs de savoirs, désir d'enseigner. Et si la pédagogie Freinet... »


- Atelier 1 : Découvrir la pédagogie Freinet
- Atelier 2 : Agir contre les empêchements à apprendre
- Atelier 3 : Se lancer en créations mathématiques et en textes libres
- Atelier 4 : Faire vivre les désirs individuels et collectifs dans la classe
- Atelier 5 : Travailler en pédagogie Freinet sur un an


16 h 30 à 17 h 30 : Echanges informels

(les animateurs d'ateliers auront un badge indiquant l'atelier de façon à ce que les visiteurs puissent les repérer et aller plus loin dans l'échange)

Contact : Emilie Lassau elassaugmail.com">


Entrée libre en fonction des places disponibles

Ecrire dès le début du CP/CE1

Depuis plusieurs années que je choisis de prendre une classe de CP/CE1 (vous pouvez lire à ce sujet l'article suivant : Eloge du double-niveau), il y a plusieurs temps que je mets en place dès la première semaine : le "Je fais partager", le "Je fais un projet" et l'écriture de textes libres (même pour les CP, qui pourtant ne savent pas encore lire ou écrire des histoires : l'écriture de textes libres)

 

Cette année, je me suis lancé le défi que chaque enfant de la classe écrive une histoire au cours des deux premiers journées de classe.

 

En commençant toujours par un dessin, puis avec la technique de "dictée à l'adulte" pour les CP, ou en semi-autonomie pour les CE1, et le plaisir a été total : tous les enfants ont eu une idée d'histoire avec, pour les aider à se lancer, leur dessin personnel, et la plupart ont inventé des histoires de fiction, pendant que d'autres racontaient des petites scènes de leur vie quotidienne, le tout dans une ambiance apaisée de travail. A l'issue de ces deux temps d'écriture (mardi et mercredi), j'ai pu présenter chaque texte à l'ensemble de la classe.

 

Voilà une vidéo et quelques photos pour illustrer ce beau moment.

 

 

Plaisir VECU 207 : Ecrire dès le début d'un CP/CE1Plaisir VECU 207 : Ecrire dès le début d'un CP/CE1

 

 

 

 

 

 

 

Plaisir VECU 207 : Ecrire dès le début d'un CP/CE1Plaisir VECU 207 : Ecrire dès le début d'un CP/CE1

 

 

 

 

 

 

 

Plaisir VECU 207 : Ecrire dès le début d'un CP/CE1Plaisir VECU 207 : Ecrire dès le début d'un CP/CE1

 

 

 

 

 

 

 

Se questionner pour savoir... ou pour réfléchir

Cette année, dans ma classe, c'est l'année du questionnement tous azimuts :

- la question posée jeudi et traitée lundi avec un essai de réponse (moment appelé "Nos questions")

- la question plus philosophique du jeudi qui n'attend pas une réponse mais simplement un échange (moment appelé "Je réfléchis")

http://pedagost.over-blog.com/2014/01/questionnons-les-savoirs.html

 

Tous les jeudis, les enfants proposent six questions auxquelles ils aimeraient qu'on apporte une réponse (ce que nous faisons le lundi suivant).

Parmi ces questions, il arrive souvent qu'une de ces questions soit plus philosophique ou psychologique, et j'ai choisi depuis peu d'accueillir ces questions des enfants pour le "Je réfléchis".

 

Les voilà :

 

1) Pourquoi on n'est pas tous parfaits ?

 

2) Pourquoi parfois certains parents divorcent ?

Je n'ai pas mis l'enregistrement, car il y a trop de paroles très personnelles. Il n'empêche que ce temps d'échange fut d'une grande richesse.

 

3) Pourquoi parfois, on fait l'école à la maison ?

 

4) Est-ce que les fantômes existent ?

Prendre le temps de l'accueil

Ça fait plusieurs articles que j'écris dans ce blog sur ce temps de l'accueil, le démarrage en douceur de la journée de classe, un moment à rebours de toutes les conceptions utilitaristes de l'éducation, où il ne faut absolument pas perdre de temps.

A rebours aussi de ces pratiques de classe qui se répandent en ce moment et qui mettent la pratique des rituels au programme du démarrage de classe : petits rituels de mathématiques ou de français, que j'ai observés chez des collègues, qui mettent tout de suite les élèves en activité, alors que je considère au contraire nécessaire de faire du début de journée un sas entre la maison et l'école, un moment pour s'approprier l'espace de la classe, ses camarades, l'enseignant, les projets en cours.

Voyez comment ça peut se passer :

Un début de journée en classe de CP/CE1

8h30-9h15, voilà trois quarts d'heure que j'avais envie de vous faire partager, un temps de démarrage qui me semble fondamental pour pouvoir créer une atmosphère apaisante et coopérative.

 

On commence par un temps d'accueil, appelé aussi "Temps libre et calme", un sas entre la maison et l'école, un moment propice aussi pour prolonger librement des apprentissages menés à d'autres moments de la journée, comme vous pourrez le constater dans la vidéo.

 

Puis on enchaine par de petits rituels : la présentation par deux élèves de l'emploi du temps notamment, mais aussi les responsabilités dans la classe attribuées pour deux semaines : 

 

Et enfin, le "Je fais partager", un temps précieux où les enfants volontaires présentent un objet, une création, un moment vécu, qui leur tiennent à coeur. Un temps particulièrement important, car aussi propice à un début d'apprentissages naturels (au contraire de ceux qui viennent comme un "cheveu sur la soupe" en classe, parce qu'inscrits dans une progression artificielle), comme celui que vous pourrez découvrir sur l'arbre généalogique. 

Des Clowns en Congrès pédagogique

Cet été, notre compagnie de clowns est intervenu au Congrès de pédagogie Freinet. Chaque jour, nous avons donné une représentation intitulée "Regard de clowns", pendant laquelle ce qui se passait dans la journée des congressistes était éclairé par les clowns.

Le public a visiblement fort apprécié notre "travail", trouvant :

1) que ça mettait bien en lumière - quelque peu décalée - ce qui était l'essentiel de la journée

2) que ça décérébralisait bien l'ambiance du congrès

3) que ça détendait, tout simplement !

Voilà deux vidéos rendant bien l'ambiance de nos interventions. Evidemment, il y a des références propres au Congrès qui peuvent échapper.

Quelle refondation ?

Le Nouvel éducateur - Spécial -

L'I.C.E.M. s'est emparé du thème de la "refondation de l'école" à l'occasion du débat qui anime actuellement le parlement.

L'I.C.E.M. s'interroge à travers le Nouvel Éducateur du mois d'Avril. N° Spécial