Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #philosophie et reflexion catégorie

Un Ami

A l'ère de Facebook et autres réseaux sociaux, qui décident des terminologies à notre place, mais avec, hélas, notre consentement, il n'est pas inutile de revenir à la notion d'Ami.

Mes élèves de CE1 sont là pour cela :

 

1) C'est quoi un ami ?

 

 

2) Comment se fait-on des amis ?

 

 

Le Temps des Penseurs, encore et encore !

En ce début d'année de CE1, le "Temps des penseurs" est lancé avec les temps centré sur les apprentissages (Eureka), sur les empêchements à apprendre, sur le monde (Nos questions), sur la classe, et bien sûr sur la condition humaine, avec les ateliers de réflexion collective.

 

En voici les premiers enregistrements :

 

1) C'est quoi un mensonge ?

 

2) C'est quoi une famille ?

Penser la condition humaine

Toujours dans l'esprit des "ateliers de réflexion sur la condition humaine" initiés par Jacques Lévine, je vous propose ci-dessous quatre moments de belles réflexions sur la vie, le courage, la chance ou le rêve dans ma classe de CE1.

 

Ces temps viennent, soit après la lecture d'un album, soit après un travail sur les empêchements à apprendre ("Se sentir nul") : http://www.empechementsaapprendre.com/

 

1) Avoir plusieurs vies

 

2) Se sentir nul

 

3) Etre courageux

 

4) Avoir de la chance

 

5) Le pays de mes rêves

 

De la curiosité tous azimuths

En mars et novembre 2014, je vous ai décrit ce moment de classe intitulé "Nos questions", au cours duquel nous partions chaque semaine d'une question proposée et élue par la classe pour essayer de trouver ensemble des réponses :

http://pedagost.over-blog.com/2014/05/nos-questions.html

http://pedagost.over-blog.com/2014/11/un-moment-de-questionnement-en-cp-ce1.html

Ce temps, qui fait partie du "Temps des penseurs" (http://pedagost.over-blog.com/2015/01/le-temps-des-penseurs.html), est devenu un rituel incontournable dans ma classe, et pour cette année de CE1, il entraîne souvent de vrais moments de jubilation. Depuis le début de l'année, les envies spontanées de questions foisonnent. D'ailleurs, le vote de la question hebdomadaire est un crève-coeur, tant les propositions sont riches et incarnées.

Nous avons pu aborder à ce jour les thématiques suivantes :

Comment ont disparu les dinosaures ? Pourquoi Noël existe ? Pourquoi les saisons existent-elles ? Comment sont apparus les animaux ? Comment c’est fait un squelette ? Pourquoi les guilis nous font-ils rire ? Comment le cerveau fonctionne-t-il ? Comment trouve-t-on les pierres précieuses ? Pourquoi fait-on des décorations ? Pourquoi a-t-on inventé le sport ? Pourquoi a-t-on inventé les musées ? D’où vient la poussière ? A quoi ressemble le moteur d’une voiture ? Qu’est-ce qu’il y a sous les mares ? Pourquoi a-t-on inventé les prénoms ? Qu’est-ce qu’il y a sous les trottoirs ? Pourquoi il y a-t-il plusieurs langues ? Comment est fabriquée une brique ? Comment fabrique-t-on une maison ? Comment fabrique-t-on le savon ? Pourquoi on ne marche pas pareil sur Terre et sur la Lune ? Comment trouver le nord, le sud, l’est et l’ouest ? Pourquoi a-t-on inventé la musique ?

Et ce n’est pas fini !

Ce que je trouve formidable avec cette activité, c’est de voir comment, au fil de l'année, les enfants l’investissent chaque semaine davantage. Alors qu’au début de l’année, j’apportais des documents en plus des leurs, depuis février, le moment de réponses aux questionnements est totalement le leur, avec souvent trois-quatre enfants qui arrivent avec de petits textes, des illustrations (B. est arrivé avec un plan dessiné de sous la terre), des expériences à mener (A. nous a présenté une expérience sur le magnétisme), des objets (B. est venu avec une brique) et même des petits exposés (E. a fait un exposé sur les langues et A. un autre sur le savon). Alors, évidemment, ils sont aidés à la maison pour le faire, mais quelle fierté de pouvoir s’emparer, même brièvement, de questions qui sont souvent considérées comme "pas de leur âge" et quelle émulation pour le groupe.

D’ailleurs, à ce sujet, je considère que le fait que les thématiques abordées soient hors programme est totalement sans objet. Il s’agit là avant tout de donner un espace à cette curiosité naturelle de l’enfant.

Et ça marche !

Daniel Gostain

Soigner la planète

Voilà un beau moment de réflexion sur la planète, suite à COP 21 et un film que nous avons vu : "Ma petite planète verte"  :

 

Pourquoi avons-nous du mal à soigner notre planète ?

Projet "Eurêka" : Pour dire ce qu'on a aimé apprendre !

J'ai lancé depuis quelques semaines un nouveau temps de classe appelé Eurêka. Il fait partie de ce dispositif dont j'ai parlé plusieurs fois dans ce blog, intitulé "Le Temps des penseurs", et que je présente là : http://pedagost.over-blog.com/2015/02/le-temps-des-penseurs-affine.html           Ce projet Eurêka est plutôt du registre "Penser les apprentissages.

 

Une fois par semaine, le plus souvent avant le temps des Projets personnels, les enfants qui le souhaitent passent au tableau nous parler de ce qu'ils ont appris récemment et du plaisir qu'ils ont eu à l'apprendre en classe ou à l'école, et qu'ils veulent faire partager au groupe.

 

Ensuite, à l'issue de chaque passage, l'enfant responsable d'Eurêka pour la quinzaine demande à la classe si des projets pourraient naître, issus de cette présentation.

 

En voici un exemple :

Les enfants se sont très vite emparés de cette idée et de nombreux projets sont en cours :

Projet "Eurêka" : Pour dire ce qu'on a aimé apprendre !

Ce que je trouve emballant avec Eurêka, c'est la mise en évidence des apprentissages par les enfants eux-mêmes ainsi que l'accent mis sur le plaisir qu'on peut avoir à apprendre. Le nombre important d'enfants souhaitant passer témoigne de son intérêt, je pense.

Essayez, vous aussi !

Ça réfléchit !

A peu près chaque jeudi à 13h30, nous avons "Je réfléchis", un temps de pensée collective autour de ce que nous vivons ensemble en classe dans le cadre de nos travaux, de nos créations, de nos vécus.

 

Voilà quatre moments que vous pourrez écouter, je l'espère, avec plaisir :

 

1) Pourquoi aime-t-on souvent les histoires de mythologie ? (A partir des lectures que je fais du feuilleton d'Hermès : http://pedagost.over-blog.com/2015/05/le-nourrissage-culturel.html)

 

2) Pourquoi a-t-on parfois envie de devenir chef ?

 

3) Est-ce qu'on doit savoir comment on est né ? (A partir d'une lecture en réseau des albums "Ernest et Célestine")

 

4) C'est quoi réussir sa vie ? (A partir du texte libre d'un enfant)

 

 

Faire penser les élèves

Jacques Lévine, un de mes maîtres à penser, écrit dans "L'enfant philosophe, avenir de l'humanité ?" (page 24) : Savons-nous utiliser correctement l'appareil à penser dont tout être est censé disposer et qui constitue un outil majeur pour lutter contre les déviances anti-civilisatrices ?

 

Question essentielle en ces temps tragiques !

 

Depuis quelques années, j'ai mis l'accent dans ma réflexion et mes pratiques sur les ateliers de philosophie, aidé par tout le travail conduit par l'Agsas (http://agsas.fr/index.php/spip/) , puis je l'ai élargi avec notre projet sur les empêchements à apprendre vus par le regard du clown (http://www.empechementsaapprendre.com/) , et plus largement maintenant par la proposition de mettre en place un "temps des penseurs" dans notre emploi des temps.

 

C'est en cela que je rejoins totalement l'idée de Jacques Lévine, qui est qu'en faisant penser les enfants à l'école, nous les préparons à lutter contre toutes les tentatives d'endoctrinement et de formatage, qui amènent, entre autres, au fanatisme.

 

Pendant ces vacances de la Toussaint, nous avons travaillé à la Fédération de stages de l'Icem-Pédagogie Freinet sur comment favoriser le penser en classe, avec notamment deux modalités que nous avons choisi d'expérimenter.

 

J'ai commencé à le faire dans ma classe. Voilà les premiers essais :

 

1) Le retour réflexif sur les temps de classe

 

Il s'agit là de permettre aux élèves d'exprimer leur ressenti à l'issue de chacune des activités conduite en classe : comment l'ont-ils vécue et pourquoi ?

 

Vous trouverez ci-dessous, un moment de "temps libre et calme" de début de journée, suivi du retour réflexif de certains enfants, aidés en cela par une carte recto-verso (Top/Pas top).

 

 

 

2) Le retour réflexif sur ce qu'ils ont appris

 

Le plus souvent, en classe, nous abordons un grand nombre de savoirs sans prendre le temps de s'interoger sur leur fondement. C'est pourquoi, une réflexion sur le pourquoi de ces apprentissages nous a semblé nécessaire à mener. 

 

A la fin de la semaine dernière, nous avons listé quelques-uns des nouveaux savoirs abordés en classe et j'ai laissé les enfants dire pourquoi, à leur avis, nous apprenions ceux-ci.

 

En voilà deux exemples, l'un sur la géométrie, l'autre sur les articulations.

 

 

Le Temps des penseurs : Réflexions et propositions

Nous nous sommes réunis à huit pour penser "le Temps des penseurs" lors de la Fédération de stages organisée par l'Icem-Pédagogie Freinet. Voilà le fruit bien synthétisé de nos réflexions, et surtout des pistes d'expérimentation à conduire en classe.

 

Notre plan de travail (synthétisé) pendant le stage

  • PENSER LES SITUATIONS D’APPRENTISSAGE QUE NOUS VIVONS
    Comment les vit-on en classe ? Pourquoi ce ressenti ?
  • PENSER LES CONTENUS D’APPRENTISSAGE

Quels sont les contenus fondamentaux ?
Comment faire en sorte que les enfants portent un regard de penseur sur leurs savoirs ?

Comment faire en sorte que les savoirs que nous avons à enseigner soient le plus possible pensés dans la classe ?

  • PENSER LES EMPÊCHEMENTS A APPRENDRE
    Quels empêchements observons-nous dans nos classes ?
    Comment travailler sur les empêchements ?
  • PENSER LE GROUPE
    Quelles sont les façons de constituer une culture de groupe dans nos classes ?
    Comment aider l’élève à penser le groupe ?
  • SE PENSER SOI (COMME ETRE HUMAIN)
    C’est comment un enfant penseur ?
    Comment faire en sorte que l’élève ait un penser sur lui-même ?
  • NE PAS PENSER (Pour mieux penser ?)
  • SYNTHESE/FINALISATIONS/BILAN/PERSPECTIVES

 

Synthèse de notre travail

 

  • Qu’est ce que penser ?
    • Un pas de côté
    • Faire des liens ; relier ; « c’est comme »
    • Conscientiser
    • Porter un regard sur ce que j’ai fait, sur ce qui se passe, et comment je l’ai vécu (relire)
    • Questionner

 

  • Pourquoi penser ?
    • Conquérir les secrets de la vie (cf Jacques Lévine)
    • Remise en cause de ce qui est proposé
    • Passer d’un monde chaotique à un monde cohérent
    • S’approprier ce qu’on vit à l’école
    • Se construire, agir en son nom propre
    • Interpréter, se représenter le monde, tout en nuances.

 

  • Comment penser / faire penser ?

Les dispositifs de la classe Freinet qui, en permettant l’expression, la création libre, le tâtonnement, le partage, l’aménagement coopératif de l’espace et du temps, favorisent un penser permanent sur les apprentissages (au sens large), sur soi et sur le groupe.

 

Et pour aider à la prise de conscience de ces actes de penser, nous avons repéré des dispositifs complémentaires :

 

Le retour réflexif sur ce qui se passe en classe :

 

  • Pour penser les situations d’apprentissage :
    Permettre aux élèves et/ou à l’enseignant d’exprimer son ressenti à l’issue d’un moment de classe et de réfléchir brièvement ensemble au pourquoi / comment (en prenant en compte aussi les empêchements), pour le prolonger, si nécessaire, au Conseil.
    (élève) Qu’est-ce qui s’est passé pour moi ?
    (enseignant) J’ai observé que …
    (à la classe) Qu’en pensez-vo
    us ?

 

  • Pour penser les contenus d’apprentissage :
    Prendre un moment en fin de journée ou d’activité pour que les élèves identifient ce qu’ils ont appris et pourquoi.
    (élève) Avant, je ne savais pas que …/et : J’ai appris que…
    (élève) Je voudrais savoir pourquoi nous apprenons …
    (enseignant) A votre avis, pourquoi avons-nous travaillé s
    ur …

 

  • Pour se penser soi-même :
    Offrir la possibilité avec un outil simple et approprié pour chacun des élèves (éventail de pictogrammes, nuancier des sentiments) d’exprimer un sentiment personnel
    Fatigue, lassitude, énervement, impuissance, …

 

  • Pour penser le groupe :
    Même dispositif que pour les autres modalités, avec une focalisation sur les interactions.

 

Des moments plus planifiés où l’on va penser ensemble :

 

  • les ateliers de philosophie et de psychologie (cf. travaux de Jacques Levine),
  • le conseil,
  • les empêchements clownesques (http://www.empechementsaapprendre.com/),
  • jeux de rôles,
  • portrait chinois personnel ou du groupe,
  • bilan météo
  • la médiation culturelle (cf. travaux de Serge Boimare)

 

NB : Penser se fait bien sûr aussi de façon non volontaire (pendant les activités de loisir et quotidiennes, ou de façon inconsciente, pendant le sommeil).

 

Des prolongements évoqués

 

  • Chercher d’autres modalités pour faire penser qui ne soient pas verbales.
    Chacun selon ses penchants permet au groupe de les vivre pour ensuite les analyser.
    • Brain gym ;
    • Padovan ;
    • La méditation
    • Massage
    • Art du spectacle : mime ; marionnettes
    • Dispositif « Outil de représentation et de manipulation » © Céline / playmobil

 

  • Envisager un travail plus centré sur l’enseignant : penser sa classe, son travail, ses empêchements, sa personne.

 

Début de bibliographie

Jacques Lévine : « Anthropologie des savoirs scolaires »

Serge Boimare : « Ces enfants empêchés de penser »

André Tricot, sur les apprentissages naturels, adaptatifs.

Olivier Houdé : http://olivier.houde.free.fr/

Un article du Café pédagogique du 28/10/2015 : http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2015/10/28102015Article635816158052873060.aspx

 

Ateliers philo, dernière !

L'année est achevée, avec de nombreux moments de réflexion vécus par ma classe de CP/CE1 :

- des ateliers de réflexion collective

- des temps de réflexion sur "pourquoi nous apprenons"

- des débats autour des empêchements à apprendre

 

A la suite d'une présentation par Lola d'un livre sur Mandela lors du "Je fais partager", j'ai proposé à la classe un temps de réflexion plus psychologique sur "Comment peut-on se sentir quand on est en prison ?"

 

 

Bon été !