Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #philosophie et reflexion catégorie

Le Temps des penseurs, nouvelle saison

Pour cette rentrée 2017, j'ai décidé de peaufiner le Temps des penseurs, un dispositif déjà décrit ici (Le Temps des penseurs) pour qu'il soit encore davantage facile à mettre en place dans nos classes. 

Le principe : Il s’agit d’inscrire dans l’emploi des temps des moments ritualisés consacrés à l’apprentissage (ce qui le favorise et ce qui l’empêche), au monde dans lequel nous vivons, et plus largement à notre condition humaine, en leur donnant la même importance que ceux voués aux temps disciplinaires. 

Ces temps ritualisés, reprenant pour partie les principes et dispositifs de la pédagogie Freinet, pourraient faciliter un développement global de chacun et donner de la force et de la permanence aux savoirs acquis. 

A chacun bien sûr de s’en emparer selon un naturel propre à soi-même et à la classe.

 

1) Penser l’apprentissage : « Eurêka » (une séance d’une heure à une heure trente toutes les deux semaines : Par exemple, vendredi après-midi, semaines 1 et 3)

- Les élèves sortent un cahier appelé « Ce que j’apprends », y inscrivent la date sur une page et écrivent ou dessinent une découverte d’apprentissage faite récemment. 

- Présentation théâtralisée à la classe par des enfants volontaires d’un des savoirs évoqués. Le personnage-savoir se présente et donne son état (émotion, désir…). Une façon d’incarner le savoir et de le rendre plus concret. 

On peut aussi dire sa découverte d’apprentissage à la classe d’une façon plus classique. 

- Demander aux élèves si certains souhaitent se lancer dans un projet en prolongement. Les projets sont notés sur le tableau des projets. 

- Conseil de classe consacré aux propositions à mettre en place ensemble pour mieux pouvoir apprendre (projets de classe, changements de places, organisation, etc.)

 

2) Penser les empêchements à apprendre : « Les scènes clownesques » (vendredi après-midi, semaine 2)

- Visionnage d’une situation d’empêchement vécue par les clowns à partir du site www.empechementsaapprendre.com (ou à l’aide des dvd qui comportent ces scènes). Echange autour de cette situation. 

- Visionnage des questions des clowns. Choix d’une de leur questions, puis atelier de philosophie à partir de cette question (ou non) (cf chapitre 5, ci-dessous)

- Revisionnage de la scène initiale d’empêchements. Possibilité de mener un moment de théâtre-forum pour trouver des solutions à cet empêchement.  Puis, nous visionnons les solutions des clowns. Echange autour de leurs solutions. 

- Nous pouvons terminer par un moment d’écriture ou de dessin autour de cet empêchement  dans le cahier « Ce que j’apprends »

- Ceci dit, l’utilisation de ces scènes peut se faire de mille façons : plus théâtralisée, plus philosophique, plus avec le centrage sur les problématiques de la classe…

En savoir plus : Utiliser les scènes de clowns

 

3) Penser les accès aux apprentissages : « Les Explorateurs » (vendredi après-midi, semaine 4)

Il s’agit de faciliter l’accès et l’appropriation des grandes notions scolaires grâce à des regards multiples portés sur celles-ci (nous nous inspirons ici des « intelligences multiples ») :  

Le regard de l’écrivain, le regard de l’artiste, le regard du reporter, le regard du mathématicien, le regard du scientifique, le regard du théâtreux, le regard du musicien, le regard du poète ……………………..

Nous faisons ainsi le pari que pour beaucoup d’enfants, regarder autrement et de façon diversifiée les notions à aborder à l’école peut leur donner davantage de chances d’accéder à leur compréhension, chacun y trouvant un accès plus proche de son tempérament, de sa personne. Et aussi du plaisir évidemment !

Voici des thématiques à explorer :  Le Nombre ; Le Mot ; Le Temps ; Le Livre ; La Phrase ; Les Opérations ; Les Figures ; L’Espace ; L’Ecriture ; L’Eau ; L’Air ; L’Informatique ; La Santé ; Le Corps ; La Pensée ; La Poésie ; Les Sens ; La Technologie

Et une proposition d’organisation de démarrage : La classe est divisée en équipes de trois élèves. Les équipes sont hétérogènes. Chacune de ces équipes endosse l’un de ces regards (si besoin, nous procédons à un tirage au sort).

Avec le déroulé suivant :

Etape 1 : présentation du projet, constitution des équipes et répartition des missions pour chaque équipe,

Etape 2 : 1h30 environ de réalisation des missions,

Etape 3 : 30 minutes de présentations des résultats des missions à l’ensemble de la classe. 

En savoir plus sur un exemple concret d’exploration : Les Explorateurs

 

4) Penser le monde : « Nos Questions » (deux courtes séances par semaine)

Ce temps est divisé en deux temps :

1) Le jeudi, nous choisissons une question :

- J'écris six questions au tableau proposées par les enfants ce jour-là (je ne les écris pas en entier, mais avec un ou deux mots-clés) puis nous procédons au vote à main levée de la question de la semaine. Ensuite, les enfants recopient entièrement la question votée pour pouvoir mener une recherche à la maison ou en classe. 

- Voilà quelques sujets abordés depuis le début de l'année :

- Comment la Terre a été créée ?

- Comment arrive l’électricité ?

- Pourquoi les chiffres s’écrivent ainsi ?

- Pourquoi les animaux parlent autrement que les hommes ?

- Comment se fait un arc-en-ciel ?

- Pourquoi il y a-t-il de la poussière ?

- Pourquoi les arbres nous aident-ils à respirer ?

- Qu’est-ce qu’il y a après l’infini ?

2) Nous répondons le lundi suivant collectivement à la question votée de la semaine précédente.

 

5) Penser la condition humaine : « Je réfléchis » (dès qu’un thème de lecture, de « Quoi de neuf ? » ou de vie de classe aborde une problématique philosophique)

Nous reprenons là l’intitulé des ateliers de philosophie et de psychologie proposés par Jacques Lévine et l’Agsas (http://agsas.fr/les-ateliers-de-reflexion-sur-la-condition-humaine).  

Contenu de la séquence : Un moment où le groupe classe réfléchit sur une grande question de la condition humaine.

Modalités de cette séance (10-15 minutes + prolongement éventuel)

1) S’installer dans une configuration spatiale qui permette l’écoute et l’expression, donc plutôt en cercle. 

2) Expliquer ce qu’est ce moment : on va réfléchir à une question pour laquelle il n’y a pas une seule réponse, mais plein de réponses et chacun d’entre vous a la sienne. Il n’y a donc pas de réponse juste ou fausse. Rappeler quelques règles dans la prise de parole : on respecte les paroles de chacun ; on ne se moque jamais : on a le droit de ne pas être d’accord avec un autre et alors, on explique pourquoi ; on prend la parole en levant la main.

4) Proposer une question (exemple : « C’est quoi la liberté ? »), prendre 30 secondes de réflexion silencieuse et l’échange peut démarrer pour 10 à 15 minutes. L’enseignant n’interviendra que pour recentrer le débat, demander une reformulation ou une explication. Il ne donne pas sa réponse à la question.

5) Nous pouvons prolonger ce temps par un moment d’écriture individuelle dans un cahier consacré aux ateliers de « philosophie ».

En savoir plus : Ils pensent donc ils sont

 

Vous vous lancez ? 

 

Daniel Gostain, Ecole élémentaire, rue Wurtz, Paris 13

Se libérer du programme

Le partage de cette fin d'année revient sur un dispositif déjà présenté dans ce blog (Nos questions) qui ne cesse de me remplir d'aise.

 

Chaque jeudi, les élèves proposent une question qui leur tient à coeur, nous nous arrêtons à six questions et en sélectionnons une par vote à main levée. Celle-ci est aussitôt recopiée dans le cahier de liaison avec la proposition transmise aux parents de chercher pendant le week-end avec leur enfant une réponse, s'ils le souhaitent. Le lundi suivant, nous mettons en commun les résultats de nos recherches. 

 

La seule règle sur les questions "recevables" c'est qu'elles ne soient pas des questions d'ordre philosophique - qui ont leur place dans un autre temps appelé "Je réfléchis" - et que la réponse ne soit pas unique (par exemple, "comment on dit "chaise" en anglais ?").

 

Il s'agit là d'un vrai questionnement naturel, jamais orienté de ma part, qui sur une année balaye toutes les disciplines.

 

Voyez plutôt :

 

Sur le corps : Pourquoi avons-nous des couleurs dans les yeux ? Comment fonctionne le cerveau ? Combien de cheveux avons-nous ? A quoi ça sert de dormir ? Pourquoi quand on tourne, sommes-nous un peu penché ?  Pourquoi parfois, quand on sort de l'eau, avons-nous les lèvres violettes ? Pourquoi la nuit, faisons-nous des rêves ou des cauchemars ? Comment digère-t-on ? 

 

Sur les animaux : Est-ce que la carapace des tortues fait partie de son squelette ? Pourquoi les escargots avancent-ils lentement ? 

 

Sur le temps : Comment vivaient les hommes préhistoriques ? Pourquoi les saisons changent-elles ? Comment les animaux sont-ils apparus ? Pourquoi il y a-t-il des jours dans la semaine ? Comme était l'école au temps de nos grands-parents ? Pourquoi les jours de la semaine s'appellent-ils lundi, mardi... ? Pourquoi les feuilles changent-elles de couleur en automne ?

 

Une réponse au tableau sur la météo tracée par Raphael : 

 

Plaisir VECU : Se libérer du programme

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sur l'espace : Combien il y a-t-il d'étoiles ? Pourquoi les nuages sont-ils blancs ?

 

Sur la technologie : Comment internet fait-il pour savoir autant de choses ? Comment fait-on pour prévoir le temps qu'il fera ? Pourquoi avons-nous du mal à reconnaître notre voix sur les vidéos ? Comment trouve-t-on des pierres précieuses ? 

 

En mathématiques : Pourquoi les nombres ne s'arrêtent-ils jamais ? 

 

Sur la société : Pourquoi il y a-t-il des pays ? Comment fabrique-t-on les films ? Pourquoi changeons-nous de Président ? Pourquoi il y a-t-il parfois des incendies dans les habitations ? 

 

Autre : Pourquoi des fromages comme l'emmental ont-ils des trous ? 

 

JAMAIS je ne me soucie de sélectionner les questions selon le programme, car je considère que faisant cela, ce serait instrumentaliser cette curiosité naturelle qui s'exprime et la tarirait automatiquement. 

 

Au vu de ce tout ce qui a été partagé pendant ce temps, nous sommes allés bien AU DELA du programme imposé de CE1. Ma seule prise en compte de celui-ci, c'est que parfois, j'ai choisi de prolonger la discussion par une ou deux séquences pédagogiques. Par exemple sur les saisons, sur la vie d'avant ou sur le squelette. 

 

Je ne peux que vous conseiller de mettre ce temps "Nos questions" au programme de votre classe ! C'est devenu pour moi un incontournable. 

Un Ami

A l'ère de Facebook et autres réseaux sociaux, qui décident des terminologies à notre place, mais avec, hélas, notre consentement, il n'est pas inutile de revenir à la notion d'Ami.

Mes élèves de CE1 sont là pour cela :

 

1) C'est quoi un ami ?

 

 

2) Comment se fait-on des amis ?

 

 

Le Temps des Penseurs, encore et encore !

En ce début d'année de CE1, le "Temps des penseurs" est lancé avec les temps centré sur les apprentissages (Eureka), sur les empêchements à apprendre, sur le monde (Nos questions), sur la classe, et bien sûr sur la condition humaine, avec les ateliers de réflexion collective.

 

En voici les premiers enregistrements :

 

1) C'est quoi un mensonge ?

 

2) C'est quoi une famille ?

Penser la condition humaine

Toujours dans l'esprit des "ateliers de réflexion sur la condition humaine" initiés par Jacques Lévine, je vous propose ci-dessous quatre moments de belles réflexions sur la vie, le courage, la chance ou le rêve dans ma classe de CE1.

 

Ces temps viennent, soit après la lecture d'un album, soit après un travail sur les empêchements à apprendre ("Se sentir nul") : http://www.empechementsaapprendre.com/

 

1) Avoir plusieurs vies

 

2) Se sentir nul

 

3) Etre courageux

 

4) Avoir de la chance

 

5) Le pays de mes rêves

 

De la curiosité tous azimuths

En mars et novembre 2014, je vous ai décrit ce moment de classe intitulé "Nos questions", au cours duquel nous partions chaque semaine d'une question proposée et élue par la classe pour essayer de trouver ensemble des réponses :

http://pedagost.over-blog.com/2014/05/nos-questions.html

http://pedagost.over-blog.com/2014/11/un-moment-de-questionnement-en-cp-ce1.html

Ce temps, qui fait partie du "Temps des penseurs" (http://pedagost.over-blog.com/2015/01/le-temps-des-penseurs.html), est devenu un rituel incontournable dans ma classe, et pour cette année de CE1, il entraîne souvent de vrais moments de jubilation. Depuis le début de l'année, les envies spontanées de questions foisonnent. D'ailleurs, le vote de la question hebdomadaire est un crève-coeur, tant les propositions sont riches et incarnées.

Nous avons pu aborder à ce jour les thématiques suivantes :

Comment ont disparu les dinosaures ? Pourquoi Noël existe ? Pourquoi les saisons existent-elles ? Comment sont apparus les animaux ? Comment c’est fait un squelette ? Pourquoi les guilis nous font-ils rire ? Comment le cerveau fonctionne-t-il ? Comment trouve-t-on les pierres précieuses ? Pourquoi fait-on des décorations ? Pourquoi a-t-on inventé le sport ? Pourquoi a-t-on inventé les musées ? D’où vient la poussière ? A quoi ressemble le moteur d’une voiture ? Qu’est-ce qu’il y a sous les mares ? Pourquoi a-t-on inventé les prénoms ? Qu’est-ce qu’il y a sous les trottoirs ? Pourquoi il y a-t-il plusieurs langues ? Comment est fabriquée une brique ? Comment fabrique-t-on une maison ? Comment fabrique-t-on le savon ? Pourquoi on ne marche pas pareil sur Terre et sur la Lune ? Comment trouver le nord, le sud, l’est et l’ouest ? Pourquoi a-t-on inventé la musique ?

Et ce n’est pas fini !

Ce que je trouve formidable avec cette activité, c’est de voir comment, au fil de l'année, les enfants l’investissent chaque semaine davantage. Alors qu’au début de l’année, j’apportais des documents en plus des leurs, depuis février, le moment de réponses aux questionnements est totalement le leur, avec souvent trois-quatre enfants qui arrivent avec de petits textes, des illustrations (B. est arrivé avec un plan dessiné de sous la terre), des expériences à mener (A. nous a présenté une expérience sur le magnétisme), des objets (B. est venu avec une brique) et même des petits exposés (E. a fait un exposé sur les langues et A. un autre sur le savon). Alors, évidemment, ils sont aidés à la maison pour le faire, mais quelle fierté de pouvoir s’emparer, même brièvement, de questions qui sont souvent considérées comme "pas de leur âge" et quelle émulation pour le groupe.

D’ailleurs, à ce sujet, je considère que le fait que les thématiques abordées soient hors programme est totalement sans objet. Il s’agit là avant tout de donner un espace à cette curiosité naturelle de l’enfant.

Et ça marche !

Daniel Gostain

Soigner la planète

Voilà un beau moment de réflexion sur la planète, suite à COP 21 et un film que nous avons vu : "Ma petite planète verte"  :

 

Pourquoi avons-nous du mal à soigner notre planète ?

Projet "Eurêka" : Pour dire ce qu'on a aimé apprendre !

J'ai lancé depuis quelques semaines un nouveau temps de classe appelé Eurêka. Il fait partie de ce dispositif dont j'ai parlé plusieurs fois dans ce blog, intitulé "Le Temps des penseurs", et que je présente là : http://pedagost.over-blog.com/2015/02/le-temps-des-penseurs-affine.html           Ce projet Eurêka est plutôt du registre "Penser les apprentissages.

 

Une fois par semaine, le plus souvent avant le temps des Projets personnels, les enfants qui le souhaitent passent au tableau nous parler de ce qu'ils ont appris récemment et du plaisir qu'ils ont eu à l'apprendre en classe ou à l'école, et qu'ils veulent faire partager au groupe.

 

Ensuite, à l'issue de chaque passage, l'enfant responsable d'Eurêka pour la quinzaine demande à la classe si des projets pourraient naître, issus de cette présentation.

 

En voici un exemple :

Les enfants se sont très vite emparés de cette idée et de nombreux projets sont en cours :

Projet "Eurêka" : Pour dire ce qu'on a aimé apprendre !

Ce que je trouve emballant avec Eurêka, c'est la mise en évidence des apprentissages par les enfants eux-mêmes ainsi que l'accent mis sur le plaisir qu'on peut avoir à apprendre. Le nombre important d'enfants souhaitant passer témoigne de son intérêt, je pense.

Essayez, vous aussi !

Ça réfléchit !

A peu près chaque jeudi à 13h30, nous avons "Je réfléchis", un temps de pensée collective autour de ce que nous vivons ensemble en classe dans le cadre de nos travaux, de nos créations, de nos vécus.

 

Voilà quatre moments que vous pourrez écouter, je l'espère, avec plaisir :

 

1) Pourquoi aime-t-on souvent les histoires de mythologie ? (A partir des lectures que je fais du feuilleton d'Hermès : http://pedagost.over-blog.com/2015/05/le-nourrissage-culturel.html)

 

2) Pourquoi a-t-on parfois envie de devenir chef ?

 

3) Est-ce qu'on doit savoir comment on est né ? (A partir d'une lecture en réseau des albums "Ernest et Célestine")

 

4) C'est quoi réussir sa vie ? (A partir du texte libre d'un enfant)

 

 

Faire penser les élèves

Jacques Lévine, un de mes maîtres à penser, écrit dans "L'enfant philosophe, avenir de l'humanité ?" (page 24) : Savons-nous utiliser correctement l'appareil à penser dont tout être est censé disposer et qui constitue un outil majeur pour lutter contre les déviances anti-civilisatrices ?

 

Question essentielle en ces temps tragiques !

 

Depuis quelques années, j'ai mis l'accent dans ma réflexion et mes pratiques sur les ateliers de philosophie, aidé par tout le travail conduit par l'Agsas (http://agsas.fr/index.php/spip/) , puis je l'ai élargi avec notre projet sur les empêchements à apprendre vus par le regard du clown (http://www.empechementsaapprendre.com/) , et plus largement maintenant par la proposition de mettre en place un "temps des penseurs" dans notre emploi des temps.

 

C'est en cela que je rejoins totalement l'idée de Jacques Lévine, qui est qu'en faisant penser les enfants à l'école, nous les préparons à lutter contre toutes les tentatives d'endoctrinement et de formatage, qui amènent, entre autres, au fanatisme.

 

Pendant ces vacances de la Toussaint, nous avons travaillé à la Fédération de stages de l'Icem-Pédagogie Freinet sur comment favoriser le penser en classe, avec notamment deux modalités que nous avons choisi d'expérimenter.

 

J'ai commencé à le faire dans ma classe. Voilà les premiers essais :

 

1) Le retour réflexif sur les temps de classe

 

Il s'agit là de permettre aux élèves d'exprimer leur ressenti à l'issue de chacune des activités conduite en classe : comment l'ont-ils vécue et pourquoi ?

 

Vous trouverez ci-dessous, un moment de "temps libre et calme" de début de journée, suivi du retour réflexif de certains enfants, aidés en cela par une carte recto-verso (Top/Pas top).

 

 

 

2) Le retour réflexif sur ce qu'ils ont appris

 

Le plus souvent, en classe, nous abordons un grand nombre de savoirs sans prendre le temps de s'interoger sur leur fondement. C'est pourquoi, une réflexion sur le pourquoi de ces apprentissages nous a semblé nécessaire à mener. 

 

A la fin de la semaine dernière, nous avons listé quelques-uns des nouveaux savoirs abordés en classe et j'ai laissé les enfants dire pourquoi, à leur avis, nous apprenions ceux-ci.

 

En voilà deux exemples, l'un sur la géométrie, l'autre sur les articulations.